Apar.asso.fr

Centre de Ressources Autisme
BULLETIN D'INFORMATIONS DU CENTRE DE RESSOURCES AUTISME PACA Sept - Octt 2012

1/ COLLOQUES, JOURNEES, DEBATS, CONGRES :
Journées Nationales d'étude sur l'autisme 28 et 29 septembre 2012, Caen
Les prochaines journées nationales 2012 organisées par l'ANCRA, en partenariat avec le CRA Basse Normandie, auront lieu à Caen les 28 et 29 septembre 2012 sur le thème : Les
images de l'autisme.
professionnels, aux personnes avec autisme et autres TED, à leurs familles, ainsi qu'à tout public intéressé.

Madame Angélique David : Tél : 02-31-06-58-
Colloque Orange : Etat de la recherche sur l'autisme 29 septembre 2012, Paris
a Fondation Orange invite les familles et les "aidants" concernés par l'autisme pour un L colloque réunissant des chercheurs de haut niveau afin de leur permettre d'avoir un panorama de la recherche actuelle et future. « La génétique de l'autisme » : Thomas Bourgeron, Directeur du Laboratoire de
Génétique Humaine et Fonctions Cognitives de l'Institut Pasteur.
« La clinique des autismes » : Richard Delorme, Docteur, Pédopsychiatre à
l'hôpital Robert Debré, Paris.
« Les approches globales du génome de l'autisme » : Guillaume Huguet, Doctorant
en Neurogénétique.
« Caractérisation comportementale de souris modèles des troubles du spectre
autistique » : Docteur Elodie Ey
« Cerveau social et Autisme » : Monica Zilbovicius, Psychiatre et Directeur de
recherche INSERM, à l'Hôpital Necker Enfants Malades et Ana Saitovitch,
Doctorante en Neurosciences.
« Évolution des troubles autistiques tout au long de la vie » : Professeur Amaria
Baghdadli, Centre Hospitalier Régional Universitaire de Montpellier.
« Troubles anxieux dans les troubles envahissants du développement : Présentation
d'une étude pilote » : Myriam Soussana, Doctorante en Psychologie.
« Nouvelles approches du diagnostic précoce du trouble du spectre autistique » :
Bernadette Rogé, Professeur en Psychopathologie Développementale,

laboratoire Octogone/CERPP, Université de Toulouse le Mirail et CERESA
(Centre Régional d'Education et de Services pour l'Autisme)et Quentin
Guillon, Doctorant en Psychologie Octogone/CERPP, Université de Toulouse
Le Mirail.
 12h00 : Déjeuner « Comment accompagner une personne avec autisme dans le domaine de la santé
bucco-dentaire : l'exemple du Programme Autisme & Santé Orale » : Docteur
Eric-Nicolas Bory, Odontologiste et Épidémiologiste Clinicien, Responsable

du Service d'Odontologie du Centre Hospitalier le Vinatier et Docteur Sandra
Miranda, Chirurgien Dentiste et Juriste Manager en Santé, Responsable du
Programme Autisme & Santé Orale (PASO).
« prise en charge précoce » : Nadia Chabane, Pédopsychiatre à l'hôpital Robert
Debré.

« Que peut faire l'imitation pour l'autisme ? » : Docteur Jacqueline Nadel,
Directeur de recherche CNRS , Centre émotion, Hôpital La Pitié Salpêtrière,

directrice de la revue ENFANCE.
« Comment les avancées de la recherche éclairent la pratique ? » : Professeur
Frédérique Bonnet Brilhault du CHU Bretonneau à Tours et Emilie Meaux,

Docteur en Neurosciences.
 16h30 : Conclusion Auditorium de l'Institut Pasteur 28 rue du Docteur Roux, 75015 Paris Congrès : Le Diagnostic précoce de l'autisme 6 Octobre 2012, Paris
Le Congrès de l'Autisme se donne l'objectif de montrer les résultats et connaissances au niveau international en matière d'Autisme et les perspectives de demain, tant en matière de Recherche que de
L'édition 2012 aura pour fil conducteur le diagnostic précoce de l'autisme, en lien avec

l'actualité de la Recherche.

Cette année encore, des chercheurs et experts en autisme viendront des quatre coins du monde
pour collaborer au Congrès de l'Autisme et transmettre leurs toutes dernières avancées.
Infos pratiques :

Droit d'entrée (dejeuner compris) : 60 euros Tarif réduit (sans emploi, étudiants / avec justificatif) (déjeuner compris) : 30 euros Colloque - Quand les troubles du comportement compliquent la prise en charge
bucco-dentaire 11 Octobre 2012 à Paris
Colloque organisé par RHAPSOD'IF – SOSS (Santé Orale et Soins Spécifiques - Association française pour la santé bucco-dentaire des personnes en situation de handicap). Préinscriptions ou par courrier : RHAPSOD'IF (6-8 rue Legraverend, 75012 PARIS). 8 ème Journée Régionale de l'Arapi 13 Octobre 2012, Marseille
Journée : Comment communiquer notre pratique ? 6 Novembre 2012, Marseille
Rencontres Régionales de l'Autisme 15 Novembre 2012, Nice
Congrès : Vivre avec l'autisme, quel avenir ? 17 Novembre 2012, Paris

Ce Congrès est organisé par Autisme France le 17 novembre 2012 à Paris (Palais des
Congrès). Coût : de 30 € à 60 €.
Programme et bulletin d'inscription en ligne sur le site d'Autisme France : Journées d'étude : Autisme et action médico-sociale précoce
22 et 23 Novembre 2012, Paris
En 2012, l'autisme est au centre des préoccupations et a obtenu le label de « grande cause nationale ». L'autisme fait peur mais .aussi, l'autisme fascine. Le "spectre autistique" est très large. Qu'en est-il du dépistage ? Trop tôt ? Avec les risques d'erreur que cela comporte ? Trop tard ? Avec une perte de chance pour Comment aplanir pour les parents et leur enfant le long et difficile parcours de l'élaboration du diagnostic ? Comment faire en sorte que ce diagnostic soit concomitant et en tous cas toujours suivi par un accompagnement et une prise en charge éducative et thérapeutique ? Comment prendre en compte les attentes et les angoisses des parents, tout en respectant leur La vie quotidienne de ces enfants, de leurs prise en charge et de la vie en société, de la parents, de leur fratrie, de leur famille est difficile dans les aspects les plus concrets Les CAMSP constituent une ressource des jours et des nuits, comme dans les possible pour aider, très précocement, sans étapes du dépistage, du diagnostic et de la nécessairement attendre le diagnostic nous explorerons les différentes réponses Lors de ces journées nous explorerons de proposées dans des CAMSP aux enfants et façon très concrète, les différentes aux parents en questionnant leur expériences mises en œuvre dans les accessibilité, leur acceptabilité, leur pertinence et leur efficacité pour aider les diagnostic et prise en charge de ces enfants parents dans le quotidien. si étranges et pourtant semblables. Comment bien accueillir et comprendre A partir d'exemples cliniques, d'actions "ce petit frère de la lune" si bien décrit par innovantes mises en œuvre par les équipes une grande sœur qui s'interroge ? Renseignements et inscriptions : ANECAMSP 10 rue Erard, Bat. C, Esc 5 75012 PARIS Tél.: 01.43.42.09.10 Fax.: 01.43.44.73.11 Téléchargez leet le Colloque : Insertion professionnelle des personnes avec autisme
30 Novembre 2012, Rouen
L'insertion professionnelle est au coeur des préoccupations des personnes avec TED, de leurs proches et des professionnels concernés : une problématique qui s'intègre dans le projet global de vie de la personne avec TED. Cette journée d'échanges sera l'occasion de partager les expériences, les compétences, de même que les dispositifs régionaux existants, pour favoriser la mise en place d'un réseau Une vision transversale est envisagée pour favoriser les liens entre milieu ordinaire et milieu protégé. Le projet professionnel nécessite une préparation en amont de l'insertion, dans une prise en compte globale de la personne avec TED. Pour ce faire les intervenants témoignent de leur approche au regard de cette Organisation : Centre de Ressources pour l'Autisme de Haute-Normandie
Flyer et argumentaire à télécharger :
Formation
EDI Formation
Formation des personnels des SESSAD 12 au 14 Novembre 2012, Bordeaux
« SESSAD, projets et territoires. Un assembleur de ressources pour le projet de la personne »
Organisé par : ANCREAI et CREAHI Aquitaine
Lieu : Palais des Congrès de Bordeaux
Contact : CREAHI Aquitaine - Espace Rodesse - 103ter rue
Belleville - CS 81487 - 33063 Bordeaux Cedex Tél. : 05.57.01.36.50 - Mail : Formation à l'approche TEACCH pour adultes avec autisme le 26 et le 30
Novembre 2012, Paris
Organisé par : Pro Aid Autisme
Lieu : Paris (Maison Sainte Geneviève, 174 rue
Championnet, 18ème)
Contact : Pro Aid Autisme - 09 54 11 61 27 -
proaidautisme@free.fr

3/ TEXTES OFFICIELS Communiqué du 3 Avril 2012 : plan autisme 2013-2015
La ministre des solidarités et de la cohésion sociale a présenté les orientations du nouveau plan autisme 2013-2015 demandé par le Premier ministre le 9 février dernier, à l'occasion du lancement de la grande cause nationale 2012. L'élaboration du plan 2013-2015 sera menée en concertation avec l'ensemble des parties prenantes représentées au Comité national de l'autisme. Le Gouvernement a arrêté les grandes orientations qui guideront ces travaux : - intensifier la recherche sur l'autisme dans toutes les disciplines pour faire progresser l'état des connaissances et les pratiques. En particulier, un soutien à la recherche sera organisé dans un cadre pluridisciplinaire. Une veille sera assurée pour actualiser régulièrement le socle des connaissances et les recommandations de bonnes pratiques. La France demandera que la recherche sur les troubles autistiques et apparentés soit placée dans les priorités européennes de recherche « Horizon 2020 » ; - améliorer le diagnostic et l'accompagnement global afin de proposer de véritables parcours de vie et d'inclusion sociale. Le plan prévoira des mesures pour accélérer l'accès au diagnostic, en renforçant le rôle pivot des centres de ressources autisme, et développer des prises en charge précoces. L'offre de soin et d'accompagnement devra évoluer pour se conformer aux recommandations de la Haute autorité de santé et de l'Agence nationale de l'évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux et favoriser la pleine participation sociale des personnes autistes. La scolarisation des jeunes autistes devra ainsi être confortée dans le cadre d'une prise en charge globale. Une réflexion devra être menée sur les personnes autistes hospitalisées au long cours de façon inadéquate, afin de leur proposer des solutions adaptées. De nouveaux objectifs de développement de l'offre seront posés. 1000 places supplémentaires seront d'ores et déjà créées en 2012-2013. Une attention particulière sera portée aux besoins des aidants et à la défense des droits des personnes autistes ; - renforcer la formation, l'information et la sensibilisation sur l'autisme. Seront identifiées avec les universités et les organismes de formation les modalités de déploiement de programmes de formation, en priorité à destination des professionnels de santé, de l'accompagnement et des personnels de l'éducation nationale. Afin de faire tomber les préjugés sur l'autisme, une attention particulière sera portée à l'amélioration de la connaissance du grand public sur l'autisme dans le prolongement de la grande cause nationale. Le plan prolongera ainsi la dynamique enclenchée par le plan autisme 2008- 2010 qui a permis d'améliorer les connaissances sur ce handicap, d'éclairer les professionnels sur les pratiques adaptées, d'apporter des moyens supplémentaires aux équipes de diagnostic et aux centres de ressources autisme, et de consacrer plus de 200 M€ à la création de 4 100 places médico-sociales dédiées et au développement de structures mettant en œuvre des méthodes d'accompagnement comportementales et développementales. Orientation pour le plan autisme 2012-2015
Le Gouvernement a arrêté les trois grandes orientations du nouveau plan autisme 2013-2015:
- Intensifier la recherche sur l'autisme et consolider les connaissances.
- Améliorer le diagnostic et l'accompagnement global afin de proposer de véritables
parcours de vie et d'inclusion sociale.
- Renforcer la formation, l'information et la sensibilisation sur l'autisme.
Dans le cadre du premier point, la France Le troisième point prévoit de définir les demandera que la recherche sur les modalités de déploiement des programmes troubles autistiques et apparentés soit placée dans les priorités européennes de recherche "Horizon 2020". professionnels de l'accompagnement et des Le deuxième point prévoit de renforcer le personnels de l'éducation nationale, avec rôle des Centres Ressources Autismes, et le concours d'universités et d'organismes de développer les prises en charge d'accompagnement recommandations de la Haute Autorité de Santé. La scolarisation des jeunes autistes devra être confortée dans le cadre d'une prise en charge globale. Rapport sur le deuxième plan autisme Janvier 2012
l'occasion des premières rencontres parlementaires sur l'autisme, qui se sont déroulées Ale 12 janvier, Valérie Létard, sénatrice et ancienne secrétaire d'Etat à la Solidarité, a remis un rapport-bilan sur le plan autisme 2008-2010 à Marie-Anne Montchamp, actuelle secrétaire d'État. Sur les 30 mesures du plan autisme 2008-2010, beaucoup n'auront été que très partiellement Parmi les avancées notables : La validation scientifique pratiquement achevée par la Haute autorité de santé (HAS) et l'Agence Nationale pour le Développement de l'Évaluation Médicale (ANDEM) d'un « corpus commun des connaissances et recommandations de bonnes pratiques sur l'autisme ». La création de 4 100 nouvelles places d'accueil pour les personnes atteintes de troubles autistiques programmées d'ici à 2014. À la fin de l'année 2010, 342 places avaient été réellement installées pour les adultes et 1 330 pour les enfants. L'ouverture d'une vingtaine de structures expérimentales a permis l'introduction de « méthodes éducatives pratiquées depuis longtemps dans d'autres pays ». Les Centres de ressource autisme (CRA) ont été renforcés et des « progrès significatifs bien qu'incomplets » sont à noter au niveau de l'organisation de la prise en charge des diagnostics enfants. Les avancées restent à consolider dans le domaine du diagnostic précoce pour les enfants, l'organisation de l'accompagnement, la recherche, le renfort de l'autonomie des CRA, l'organisation des centres de diagnostic primaires ou la diffusion et évaluation des méthodes En perspective d'un troisième plan autisme, la priorité doit être donnée à
l'accompagnement des adultes autistes, un domaine où « l'essentiel reste à faire ». L'anticipation des besoins des personnes handicapées vieillissante vivant à domicile reste aussi une source de préoccupation. « Le besoin de prévoir des services et des structures d'accueil plus nombreux et adaptés à la population autiste implique des évolutions et réorganisations non seulement de l'offre existante sanitaire et médico-sociale mais également des compétences et modes de fonctionnement des professionnels », souligne le rapport. HAS/ Recommandations pour la pratique professionnelle du diagnostic de
l'autisme
Juin 2005 : Ces recommandations portent sur le diagnostic de l'autisme et des autres troubles
envahissants du développement chez les enfants et les adolescents âgés de moins de 18 ans. Elles ont pour objectifs d'optimiser le repérage (sensibilisation dès les premiers signes évocateurs) ainsi que d'homogénéiser les pratiques et procédures de diagnostic. HAS / L'état des connaissances sur l'autisme et les autres troubles envahissants
du développement
Janvier 2010 : Ce travail répond à la mesure 1 du Plan Autisme. L'objectif de cette mesure
est d'élaborer un corpus de connaissances commun sur l'autisme. Plus précisément, ce travail a permis d'identifier les messages-clés permettant de diffuser les connaissances à la définition de l'autisme et des autres TED et leurs différentes formes cliniques ; aux données épidémiologiques et facteurs associés à l'autisme et autres TED ; aux spécificités du fonctionnement de la personne avec TED ; aux outils d'évaluation du fonctionnement à disposition des professionnels (outils de repérage, de diagnostic, de suivi de l'évolution) ; aux interventions proposées (description, objectifs, critères de jugement de Concernant les interventions proposées aux personnes avec TED, le but du présent travail n'est pas de dire pour chaque intervention si celle-ci est évaluée ou non évaluée, ni de préciser le niveau de preuve de cette évaluation, ni de conclure sur le fait de recommander ou non cette intervention. L'évaluation des interventions sera réalisée dans des travaux ultérieurs de recommandations de bonne pratique (mesure n° 9 du plan Autisme 2008 – 2010). HAS / Recommandations sur le diagnostic et à l'évaluation des personnes adultes
avec autisme ou autres TED
Juillet 2011 : Cette recommandation de bonne pratique a pour objectif d'améliorer le repérage
des troubles et le diagnostic des TED chez l'adulte, quelle que soit sa situation : personne vivant à domicile accompagnée ou non par un service, personne accueillie ou hébergée dans un établissement médico-social, personne accueillie et/ou hébergée dans un service ou un établissement sanitaire. Le repérage passe par l'amélioration des connaissances des professionnels, quelle que soit leur qualification et leur lieu de pratique (sanitaire, médico- social ou social). Le but est d'offrir, sur la base d'un diagnostic fiable et d'une évaluation personnalisée, des aides et des services spécifiques à toutes les personnes adultes concernées par l'autisme et autres TED. (en pdf) sur le site de l'HAS. (en pdf) sur le site de l'HAS. HAS / Recommandations sur l'Intervention éducative et thérapeutique
coordonnées chez l'enfant et chez l'adolescent
Mars 2012 : Cette recommandation a pour objectif principal l'amélioration des pratiques des
équipes amenées à mettre en œuvre les interventions auprès des enfants/adolescents avec TED, en particulier de mieux évaluer les besoins et ressources individuels de l'enfant et de sa famille, dans chacun des domaines de fonctionnement et de participation habituellement touchés par les répercussions des TED en vue de proposer un projet personnalisé d'interventions coordonnées considérées pertinentes pour répondre à ces besoins. Cette recommandation vise à répondre aux questions suivantes : Quels sont les domaines du fonctionnement et de la participation de l'enfant ou de l'adolescent dans lesquels une évaluation régulière de son développement est nécessaire pour appréhender au mieux ses besoins et ses ressources ? Quelles interventions proposer en fonction des besoins repérés dans chacun des domaines identifiés ? Comment assurer l'organisation optimale des interventions et du parcours de l'enfant ou de l'adolescent ? HAS / ANESM : QUESTION/REPONSES
En prolongement aux dernières recommandations, la H.A.S. (Haute Autorité de Santé) et l'A.N.E.S.M. (Agence Nationale de l'Evaluation et de la qualité des établissements et services Sociaux et Médico-sociaux) ont édités 12 questions réponses à propos de l'autisme : Quelle est la définition de l'autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l'état des connaissances élaboré et publié par la HAS ? Quelles sont les données épidémiologiques des troubles envahissants du développement ? Pourquoi et comment la HAS et l'Anesm ont-elles travaillé sur les interventions chez l'enfant et l'adolescent avec autisme ou autres TED ? Comment et à quel rythme évalue-t-on le développement et les progrès des enfants ? Pourquoi mettre en place un projet personnalisé d'interventions ? Comment associer l'enfant ou l'adolescent et ses parents ? Quelles sont les interventions recommandées ? Quelle est la position de la HAS et de l'Anesm sur les interventions fondées sur les approches psychanalytiques et la psychothérapie institutionnelle ? Quelles sont les interventions globales non recommandées par la HAS et l'Anesm ? Quelles sont les interventions à ne plus utiliser ? Quelle est la position de la HAS et de l'ANESM sur le packing ? Quelle est la place des traitements médicamenteux ? Législation
Loi n°2011-803 du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes
faisant l'objet de soins psychiatriques et aux modalités de leur prise en charge  Jean-François Chossy, membre honoraire du Parlement, a remis au Premier
ministre son rapport « Evolution des mentalités et changement du regard de la société sur les personnes handicapées. Passer de la prise en charge… à la prise en compte ».  Ce rapport consacre un chapitre spécifique à l'autisme (chapitre 6). Publications
Social-communicative effects of the Picture Exchange Communication System
(PECS) in Autism Spectrum Disorders.
International Journal of Language & Communication Disorders, 2012 Sep The Picture Exchange Communication System (PECS) is a common treatment choice for non- verbal children with autism. However, little empirical evidence is available on the usefulness of PECS in treating social-communication impairments in autism. Aims: To test the effects of PECS on social-communicative skills in children with autism, concurrently taking into account standardized psychometric data, standardized functional assessment of adaptive behaviour, and information on social-communicative variables coded in an unstructured setting. Methods & Procedures: Eighteen preschool children (mean age = 38.78 months) were assigned to two intervention approaches, i.e. PECS and Conventional Language Therapy (CLT). Both PECS (Phases I-IV) and CLT were delivered three times per week, in 30-min sessions, for 6 months. Outcome measures were the following: Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS) domain scores for Communication and Reciprocal Social Interaction; Language and Personal-Social subscales of the Griffiths' Mental Developmental Scales (GMDS); Communication and Social Abilities domains of the Vineland Adaptive Behavior Scales (VABS); and several social-communicative variables coded in an unstructured setting. Outcomes & Results: Results demonstrated that the two groups did not differ at Time 1 (pre-treatment assessment), whereas at Time 2 (post-test) the PECS group showed a significant improvement with respect to the CLT group on the VABS social domain score and on almost all the social-communicative abilities coded in the unstructured setting (i.e. joint attention, request, initiation, cooperative play, but not eye contact). Conclusions & Implications: These findings showed that PECS intervention (Phases I-IV) can improve social-communicative skills in children with autism. This improvement is especially evident in standardized measures of adaptive behaviour and measures derived from the observation of children in an unstructured setting.  Narrative competence and internal state language of children with Asperger
Syndrome and ADHD. ,
September–October 2012, Pages 1395–1407
The central question of the present study was whether there are differences between children
with Asperger Syndrome (AS), children with attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) and healthy controls (HC) with respect to the organization of narratives and their verbalization of internal states. Oral narrations of a wordless picture book produced by 31 children (11 with AS, 9 with ADHD, 11 HC, aged 8–12) were analyzed regarding the following linguistic variables: story length, sentence structure and sentence complexity, coherence and cohesion of the stories, verbalization of the narrator's perspective, as well as internal state language (verbal reference to mental states). Considerable similarities were noted between the two clinical groups, which deviate from HC children. Narratives of the children with AS and ADHD were shorter than the narratives produced by the HC children. The children of both clinical groups failed to point out the main aspects of the story. In particular, children with AS did not refer to cognitive states as often as the other groups. With respect to narrative coherence, they produced fewer pronominal references than HC children and children with ADHD. In conclusion, the two clinical groups differed from the HC group on a number of features, and a less frequent reference to cognitive states was identified for the children with  Les profils cognitifs dans les troubles envahissants du développement - A. M.
Girardot Bartolini, S. De Martino, C. Chatel, D. Da Fonséca, V. Rey, F. Poinso - ENCEPHALE, Juin 2012; One line Cette recherche s'intéresse aux compétences cognitives des patients avec des troubles envahissants du développement (TED) à des âges différents. La population est constituée de 39 enfants autistes et 18 enfants Asperger. Les profils cognitifs sont étudiés à l'aide des échelles de Wechsler. Les résultats montrent des dissociations entre les échelles verbales et de performances. Les enfants Asperger démontrent un quotient intellectuel verbal (QIV) supérieur à un quotient intellectuel de performance (QIP) et en revanche, les enfants autistes ont un QIV inférieur à un QIP. Les enfants avec autisme ont un quotient intellectuel verbal inférieur aux enfants avec un syndrome d'Asperger. Même les enfants autistes de haut niveau présentent des possibilités de raisonnement verbal, d'élaboration du discours et de pensée catégorielle toujours plus basses que celles des enfants Asperger. Les capacités perceptives sont préservées et d'un niveau équivalent chez les enfants Asperger et les autistes de haut niveau. Les enfants autistes déficitaires se situent essentiellement au niveau de la construction perceptive. Les enfants autistes de haut niveau peuvent avoir la capacité d'évoquer des objets ou des situations qui ne sont pas dans le champ actuel de la perception. Les difficultés sont au niveau de la construction de l'image mentale. Les enfants Asperger sont à la fois dotés d'un raisonnement visuel et particulièrement performants dans les apprentissages explicites. Les difficultés apparaissent au niveau de l'abstraction, du raisonnement implicite et du raisonnement par induction.
(Re-)conceptualization in Asperger's Syndrome and Typical Individuals with
Varying Degrees of Autistic-like Traits.
The abilities to form new concepts from scratch (conceptualisation), and to flexibly switch from one concept to another (re-conceptualisation), were investigated in adults with Asperger's Syndrome and in typically-developed adults with low and high autism spectrum quotients. In consecutively presented morphs, containing increasing percentages of animate or inanimate objects, the emerging objects had to be identified. The abilities to conceptualise and reconceptualise became increasingly impaired with increasing autistic(-like) traits. Across both tasks, all groups recognised animate objects quicker than inanimate objects. However, this 'animate advantage' was differently affected by the two tasks. In the Reconceptualisation task, the 'animate advantage' gradually disappeared with increasing autistic(-like) traits, whereas in the Conceptualisation task it remained present.  Social Anxiety in Parents of High-Functioning Children with Autism and
Asperger Syndrome. S. Kuusikko-Gauffin, R. Pollock-Wurman, ML. Mattila, K.
Jussila, H. Hebeling, D. Pauls, I. Moilanen.2012 Jun 26. We evaluated social anxiety (SA) symptoms in parents of children with autism spectrum disorders (ASDs; N = 131) and community parents (N = 597) using the Social Phobia and Anxiety Inventory (SPAI). SA was significantly more common in ASD than control mothers (15.6 vs. 6.7 %) and more equal between the ASD and control fathers (3.3 vs. 4.8 %). The ASD mothers scored significantly higher than control mothers on all SPAI scales. ASD fathers scored significantly higher than control fathers on the somatic, cognitive, avoidance and agoraphobic symptoms of SA. It is of clinical import to support ASD parents' well-being as their psychiatric features may contribute greatly to their children's emotional development and the well-being of the whole family  Age of First Words Presdicts Cognitive Ability and Adaptive Skills in Children
with ASD. J. Mayo, C. Chlebowski, DA. Fein, IM. Eigsti2012
Acquiring useful language by age 5 has been identified as a strong predictor of positive outcomes in individuals with AutismSpectrum Disorders (ASD). This study examined the relationship between age of language acquisition and later functioning in children with ASD (n = 119). First word acquisition at a range of ages was probed for its relationship to cognitive ability and adaptive behaviors at 52 months. Results indicated that although producing first words predicted better outcome at every age examined, producing first words by 24 months was a particularly strong predictor of better outcomes. This finding suggests that the historic criterion for positive prognosis (i.e., "useful language by age 5") can be updated to a more specific criterion with an earlier developmental time point. head crossover trial, while risperidone was superior to haloperidol for treatment of behavioural symptoms in a separate head-to-head trial. Clonidine, methylphenidate, valproate and levocarnitine monotherapy were superior to placebo in single RCTs, while adjunctive treatments cyproheptadine, pentoxifylline and topiramate were superior to placebo in small studies when given in combination with an antipsychotic. Adverse events from RCTs were summarized, including weight gain and metabolic effects, if available. CONCLUSION: The bulk of positive RCT evidence for the pharmacotherapy of irritability of
autism pertains to FDA approved antipsychotics risperidone and aripiprazole. RCTs supporting efficacy of several alternative and adjunctive agents may afford additional treatment options when optimal antipsychotic doses fail to control symptoms or cause intolerable adverse effects. Behavioural therapy should be employed where possible either before, or in addition to pharmacotherapy. Equipes de Référence Evaluation Autisme : un nouveau dispositif

Dans le cadre des mesures 10-1 et 10-2 du plan autisme 2008-2010, l'ARS PACA a déployé
des moyens supplémentaires dans le champ de l'autisme en proposant de créer des équipes de références départementales pour l'évaluation diagnostique des enfants TED. A la demande de l'ARS, les équipes de référence ont été crées au sein d'équipes sanitaires
d'inter-secteur de psychiatrie, dont la répartition figure sur la carte ci-dessous. 5 Equipes de Référence pour l'Evaluation de l'Autisme (E.R.E.A.) ont été créées dans la
région Provence-Alpes Côte d'Azur. CRA PACA : siège Marseille
EREA 06 : Dr. Boublil
EREA 84 : Dr. Anicet
EREA 13 : Dr. Da Fonseca
EREA 83 : Dr. Carbonel
CRA PACA : Antenne Nice
Toulon la Seyne
EREA 13 : Dr. Dussere

Ces équipes travaillent en étroite collaboration avec le Centre de Ressources Autisme et
s'inscrivent dans les recommandations nationales pour la pratique professionnelle du diagnostic de l'autisme diffusées par l'HAS.
Ces nouveaux dispositifs départementaux ont pour objectifs de renforcer la mission d'évaluation et d'accès au diagnostic des T.E.D., en proposant une solution de proximité territoriale pour les familles et les patients de notre région.
A ce jour, les départements du 04 et du 05 n'ont pas d'équipes de référence départementale, et
le Centre de Ressources Autisme (Marseille) et son antenne (Nice) continuent d'assurer pour
ces deux départements l'évaluation diagnostique et fonctionnelle des patients. 5/ ANNONCE du CRA PACA Une assistante sociale a été recrutée le 01 mars 2012 au C.R.A. pour rejoindre l'Equipe existante, elle se propose :
-De recevoir les familles qui le souhaiteraient de façon individuelle et sur R.D.V dans les
locaux du C.R.A.Pavillon 3 Hôpital Sainte Marguerite après avis des médecins et /ou des membres de l'Equipe du C.R.A.
-D'organiser des rencontres de Petits Groupes de Parents sous la forme : d'un Espace
d'Ecoute, d'Echange, d'Information et de Convivialité que l'on pourrait appeler : CAFE
L'Accompagnement des familles dans la recherche de solutions adaptées au moment
du diagnostic fait partie des missions du C.R.A. Les familles peuvent nous solliciter pour évoquer la question de l'accompagnement de leur enfant quand elles s'interrogent sur les différents dispositifs : sanitaires, sociaux, médico- sociaux , scolaires…et sur le type d'aide financière ou aide humaine existant dans le droit spécifique aux enfants handicapés.  Les Questions peuvent être très différentes :
-Quelles prestations peuvent m'aider à compenser le handicap de mon enfant, comment solliciter la M.D.P.H. ? -Qui peut m'aider à remplir un dossier vers cet organisme ? -Quelles démarches puis je faire auprès de la C.A.F ?de la C.P.A.M. ?du Conseil General ? -Ou puis-je avoir des renseignements sur des vacances adaptées ? -Ou puis- je rencontrer une association de parents ?etc…  Les objectifs de cette rencontre sont de
-Briser l'isolement des parents d'enfants autistes. -Créer un espace d'écoute, d'information et d'orientation. -Accumuler et partager entre eux les expériences réussies, des questionnements et un réseau d'entraide mutuel.
Ce groupe peut exister dans plusieurs départements et créer une dynamique nouvelle

pour des parents désorientés ou en recherche d'informations.
6/ OFFRE D'EMPLOI Le FAM La Route du Sel ,Sésame-autisme PACA 13330 Pélissanne recherche une Psychologue en CDI 35H. Envoyer les candidatures avant le 28 Septembre 2012 7/ CENTRE DE DOCUMENTATION DU CRA PACA Le Centre de Ressource Autisme PACA, vous propose le prêt et la consultation de livres, de revues, dvd … 8/ LIENS UTILES  MATERIEL PEDAGOGIQUE :
DIVERS :
Site "Vos droits Service public" (présente l'ensemble des droits des personnes handicapés)

Site sur les CLIS et UPI
Autisme Science

Source: http://apar.asso.fr/WP/wp-content/uploads/2012/11/CRA-oct2012-S.pdf

Medicinal properties of substances occurring in higher basidiomycetes mushrooms: current perspectives

Medicinal Properties of Substances Occurring in Higher Basidiomycetes Mushrooms: Current Perspectives International Journal of Medicinal Mushrooms, Vol 1, 47-50, (1999) Solomon P. Wasser, Alexander L. Weis International Center for Cryptogamic Plants and Fungi, Institute of Evolution, University of Haifa, Israel International Myko Biologics, Inc., San Antonio, TX, USA M.G. Kholodny Institute of Botany, National Academy of Sciences of Ukraine, Kiev, Ukraine

Microsoft word - amla.doc

PLANTATION AND EXTRACTION OF AMLA CONTENTS PRODUCT CHARACTERISTICS AND SPECIFICATION INDIAN EXTRACTORS /FORMULATORS IMPORT/EXPORT LEVEL INDIAN DEMAND BROAD OUTLINE OF MANUFACTURING PROCESS FOR AMLA OIL VIII RAW MATERIAL REQUIREMENTS, UTILITY AND AVAILABILITY